FAQ

Marché du travail

Les énoncés suivants sont vrais

85 % des entreprises situées dans la région métropolitaine de Montréal œuvrent dans le secteur des services
Source : http://emploiquebec.gouv.qc.ca/regions/montreal/portrait-de-lemploi-et-du-marche-du-travail

1.4 million de postes seront à pourvoir au Québec d’ici 2020, soit plus de 27% des emplois actuellement occupés
Source : Emploi-Québec. (2011). Marché du travail au Québec. Perspectives à long terme 2011-2020, p.23.

On prévoit que 39 % des nouveaux emplois créés à Montréal d’ici 2021 exigeront une formation professionnelle de niveau secondaire ou collégial ?
Source : Emploi-Québec. (2012). Marché du travail au Québec. Perspectives à long terme 2012-2021, p.5.

On prévoit que 38 % des nouveaux emplois créés à Montréal d’ici 2021 exigeront une formation universitaire ?
Source : Emploi-Québec. (2012). Marché du travail au Québec. Perspectives à long terme 2012-2021, p.5.

La rareté de main-d’œuvre disponible, d’ici 2020, devrait favoriser l’embauche des jeunes diplômés ainsi que des personnes issues de l’immigration ou âgées de plus de 65 ans.
Source : Emploi-Québec. (2011). Marché du travail au Québec. Perspectives à long terme 2011-2020, p.4.

Sélection de personnel

Comment faire pour dénicher la perle rare, malgré
un faible bassin de main-d’œuvre disponible et qualifiée ?

Le marché du travail subit actuellement des transformations importantes qui ont un impact sur le nombre et les caractéristiques des travailleuses et des travailleurs disponibles. On y retrouve de plus en plus de personnes issues de l’immigration ou ayant un parcours professionnel diversifié ou non traditionnel. Pour parvenir à recruter la perle rare, les entreprises doivent donc s’assurer que leur processus et leurs outils de sélection sont adaptés à cette main-d’œuvre diversifiée.

L’Enjeu : cap sur l’emploi inc. (2012). Le recrutement et la sélection de personnel en contexte interculturel.

Comment procède-t-on pour évaluer les C.V.
des personnes ayant posé leur candidature pour un poste donné ?

Il est suggéré de produire une grille d’évaluation afin de classer les C.V. reçus, à partir de critères objectifs, uniformes et en lien avec le profil de compétences requis pour occuper le poste à combler. Chaque critère utilisé doit être pondéré en fonction de son importance.

L’Enjeu : cap sur l’emploi inc. (2012). Le recrutement et la sélection de personnel en contexte interculturel.

Comment procède-t-on pour bien
évaluer les compétences des candidats
rencontrés en entrevue d’embauche ?

Une bonne entrevue d’embauche doit permettre à un intervieweur d’évaluer les compétences des candidates et candidats sur des bases uniformes et objectives et à partir de critères en lien avec le poste à combler. Pour y parvenir, il convient de rédiger un canevas d’entrevue contenant la liste de questions à poser ainsi qu’un espace pour inscrire chaque réponse fournie par un(e) candidat(e). De plus, l’intervieweur identifie à l’avance les indices mesurables et observables qui seront utilisés pour évaluer chaque critère de sélection ou compétence requise. Il convient de sélectionner des indices susceptibles de se manifester indépendamment de l’appartenance culturelle de la personne évaluée.

L’Enjeu : cap sur l’emploi inc. (2012). Le recrutement et la sélection de personnel en contexte interculturel.

Comment devrait-on formuler
une question d’entrevue d’embauche ?

La principale qualité d’une question d’entrevue est de bien mesurer une compétence spécifiquement recherchée. Puisque la formulation d’une question oriente le type de réponse reçue, elle ne doit fournir aucun indice sur la nature de la réponse attendue. Cependant, elle doit être claire, précise, concise et exempte de termes techniques ou d’expressions québécoises susceptibles de ne pas être compris, notamment par une personne immigrante.

L’Enjeu : cap sur l’emploi inc. (2012). Le recrutement et la sélection de personnel en contexte interculturel.

Quels sujets ne devraient pas être
abordés lors d’une entrevue d’embauche ?

La Charte des Droits et libertés du Québec garantit le droit à tous les citoyens d’être traités en toute égalité. Conséquemment, il est interdit de discriminer des personnes pour les raisons suivantes lors de processus d’embauche : l’âge, la condition sociale, les convictions politiques, l’état civil, une grossesse, la religion, un handicap, la langue, l’orientation sexuelle, la race, la couleur, l’origine ethnique ou nationale, le sexe, le fait d’avoir un casier judiciaire si l’infraction commise n’a aucun lien avec le poste à combler1.

Il est donc interdit de poser des questions relatives à ces aspects au cours de l’entrevue d’embauche. Cependant, il est permis d’évaluer si une personne est disponible pour travailler le soir ou se déplacer lorsque sa fonction l’exige, si elle est légalement autorisée à travailler au Québec ou si elle répond aux exigences physiques liées à l’emploi (exemple : être capable de lever un poids de 30 kilos).

1Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Repéré à : www.cdpdj.qc.ca/info/droits-de-la- personne/Discrimination

L’Enjeu : cap sur l’emploi inc. (2012). Le recrutement et la sélection de personnel en contexte interculturel.